7. Élaborer une revue de presse



Qu’est-ce qu’une revue de presse ?

Les revues de presse existent généralement dans les grandes entreprises publiques ou privées. Elles assurent la diffusion organisée en interne des articles parus dans la presse externe concernant l’entreprise ou son environnement sur des thèmes définis au préalable. Elle s’intègre dans la politique de communication de l’entreprise. Le Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC) appelle « panorama de presse » la compilation d’articles de la presse externe qui concernent l’entreprise ou son activité, à destination du personnel.

 

1. Les objectifs de la revue de presse

La revue de presse permet :

  • D’informer les salariés des opérations de l’entreprise ayant eu un retentissement médiatique : elle renforce ainsi l’impact des opérations externes en le prolongeant en interne, tout en évitant les critiques du personnel qui serait mécontent d’apprendre une information par l’extérieur.
  • De sensibiliser les salariés à l’ensemble de l’activité de l’entreprise : elle leur fournit une ouverture sur les enjeux de celle-ci. Elle permet ainsi de mieux mobiliser les salariés.
  • De faire gagner aux destinataires un temps précieux puisque les articles sont présélectionnés, comme cela est le cas dans la veille informationnelle.
  • De réduire le nombre des abonnements aux revues et journaux.

 

II. Les caractéristiques de la revue de presse

Sa diffusion

Traditionnellement, la revue/le panorama de presse consiste à détecter, dans un certain nombre de titres de la presse externe, les articles concernant l’entreprise et à les reproduire sous forme de photocopies destinées à une catégorie ou à la totalité du personnel. L’entreprise peut opter pour un panorama de presse papier ou un panorama de presse électronique. Cependant, ces dernières années, la diffusion sur l’intranet s’est répandue.
Dans tous les cas, la diffusion se fait à destination des dirigeants, collaborateurs, salariés pour les informer de l’actualité et de l’environnement concurrentiel du secteur d’activité de l’entreprise.

Sa périodicité

La périodicité varie selon la taille de l’entreprise, son activité et l’actualité. Elle peut être ponctuelle, quotidienne, hebdomadaire, mensuelle… Sa régularité peut dépendre du repérage des articles.

Son contenu

En général, les articles sélectionnés touchent l’activité principale de l’entreprise, ses domaines d’intérêt.
Exemple : un groupe énergétique spécialisé dans le raffinage du pétrole inclut dans sa revue de presse quotidienne, destinée à l’ensemble du personnel d’encadrement, les articles qui touchent l’industrie pétrolière (nouveautés technologiques…), l’actualité économique (hausse des cours du pétrole…), l’environnement (pollution…), les partenariats (participation au Téléthon, parrainage d’un événement local ou national…).
De plus, la revue de presse peut s’effectuer selon un angle spécifique : technologique, commercial, financier, environnemental, et s’intéresser à des thèmes plus vastes que la seule actualité de l’entreprise. L’essentiel est que le contenu de la revue de presse corresponde bien aux besoins d’informations des destinataires ciblés.

Son coût

L’évaluation du coût de la revue de presse doit tenir compte des abonnements aux revues, du temps qui lui est consacré, du coût de la reproduction, de la redevance au CFC… C’est une opération délicate à réaliser.

Sa réalisation

La réalisation est interne dans plus de 90 % des cas et le plus souvent confiée au service de la communication ou des ressources humaines.
Mais certaines entreprises préfèrent externaliser cette mission en s’offrant les services d’une agence spécialisée telle que Secodip, Presse plus, l’Argus de la presse, Factiva.

 

III. Les contraintes juridiques : revue de presse et droits d’auteur

Rappel de la législation sur les droits d’auteur

Les entreprises, administrations, associations et autres organisations ont l’obligation légale d’avoir une autorisation pour reproduire par reprographie des articles de presse dans le cadre de leurs panoramas de presse.
Le code de la propriété intellectuelle précise que toute reproduction d’une œuvre protégée est soumise à autorisation préalable de l’auteur ou de ses ayants droit.

La gestion collective de ce droit

Depuis la loi du 3 janvier 1955, le CFC est le gestionnaire du droit de reproduction par reprographie de la presse et du livre en France. Il représente tous les auteurs et les éditeurs de livres et de presse et peut délivrer des autorisations de reproduction par reprographie.
Les revues ou panoramas de presse sont taxés afin de lutter contre le « photocopillage », qui est la reproduction gratuite des articles sans l’accord du support de parution (revue, quotidien).

Les modalités

a. La déclaration
L’entreprise qui réalise une revue de presse adresse au CFC un nombre représentatif de parutions différentes de chacun de ses panoramas de presse. Un devis estimatif est alors établi et un contrat est signé.

b. La redevance
Elle est perçue par le CFC et reversée aux auteurs et éditeurs des œuvres ainsi copiées. Elle est définie par le CFC agissant comme mandataire des supports dont sont issus les articles repris, en fonction du nombre d’exemplaires diffusés, de la fréquence et du volume des panoramas de presse.
L’autorisation préalable demandée avant reproduction auprès des auteurs est maintenant tombée en désuétude. La plupart des auteurs et organes de presse préfèrent orienter les entreprises qui veulent utiliser leurs œuvres vers le CFC pour centraliser les demandes.

 

Comment réaliser une revue de presse ?

L’élaboration de la revue de presse, qu’elle soit papier ou électronique, obéit à des règles rigoureuses.

I. Sélectionner les articles intéressants

Qui est chargé de la revue de presse ?

Il vaut mieux qu’une équipe, plutôt qu’une seule personne, se charge de la revue de presse, sinon, en cas de surcharge ou d’absence, la revue de presse en subirait les conséquences. L’assistant(e) fait naturellement partie de l’équipe ; il (elle) connaît les centres d’intérêt du personnel et joue un rôle majeur dans la gestion de l’information. Et si l’on veut se préserver de l’amateurisme, on évitera de confier la mission à un simple stagiaire, comme le font parfois certaines entreprises.

Comment procède-t-on ?

Chaque matin, les personnes chargées de la revue de presse reçoivent les quotidiens régionaux et nationaux auxquels l’entreprise est abonnée. Une lecture rapide leur permet de sélectionner les articles qui concernent la revue de presse. Il peut s’agir d’articles abordant des thèmes qui intéressent les collaborateurs ou des projets dont la presse s’est fait l’écho.
Chaque membre de l’équipe peut avoir la responsabilité de deux ou trois supports (par exemple, Le Monde, Le Figaro, Management). La lecture du titre, du chapeau, des sous-titres, des débuts et fins de paragraphes permettra de juger de l’intérêt de l’article.

 

II. Hiérarchiser et structurer l’information

Lorsque la sélection est achevée, les informations sont classées dans des rubriques selon des critères définis :

  • l’importance de l’information retenue pour l’entreprise, pour le marché et pour les concurrents
  • l’importance du thème dans l’actualité
  • l’importance du média en fonction de son tirage, de son lectorat…

 

III.Synthétiser et trouver des titres

L’assistant(e) adoptera un style percutant, journalistique pour présenter les titres de la revue. Il (elle) résumera les articles trop longs. Le lecteur intéressé pourra, grâce aux références de l’article, retrouver la version complète de l’article.

 

IV. Valoriser les informations et faciliter leur repérage

Grâce à une mise en page dynamique

Une page de couverture précise le titre « Revue (ou Panorama) de presse du », ainsi que le service émetteur (en général, le service de la communication) et la périodicité.
Un sommaire facilite la consultation et la recherche en indiquant les rubriques et les numéros de pages. Des feuilles de couleur peuvent séparer les différentes parties et ainsi faciliter l’utilisation.

Pour faciliter la présentation de la revue de presse, l’assistant(e) peut proposer une maquette qui servira de modèle :

Cette maquette a le double avantage de faciliter le travail d’élaboration du panorama de presse, mais également le repérage rapide des informations par les lecteurs.

Grâce à l’inscription des mentions légales

Pour respecter la législation sur les droits d’auteur, des mentions sont obligatoires.

  • Au début de la revue de presse : Il faut mentionner : « Le présent document comporte des éléments protégés par la loi du copyright. Reproduction effectuée par (nom de l’entreprise) avec l’autorisation du CFC Paris. Téléphone : 01 44 07 47 70. »
  • Sous chaque article : Le titre du périodique, le titre de l’article, le nom de l’auteur et la date de parution doivent être écrits.

 

V. Une étape spécifique à la revue de presse papier

Un des membres de l’équipe qui élabore la revue de presse papier est chargé de photocopier les articles et de les coller sur des feuilles de format A4 ou, mieux, de les scanner pour obtenir une mise en page plus professionnelle.
Les photocopies doivent être particulièrement soignées (lisibles et centrées). Il faut éviter, sous prétexte de s’adapter au format de la revue de presse, d’agrandir les brèves ou de réduire les articles sans signalement préalable.
Lorsqu’un abonnement papier est couplé à un accès via le Web, il suffit de créer une feuille destinée à inclure les articles grâce à la fonction « copier/coller ».
Ce panorama de presse synthétique sera ensuite agrafé, avant diffusion aux destinataires par courrier interne.

 

La revue de presse électronique

Encore très utilisée, la revue de presse sur papier est probablement vouée à disparaître. Dans les années qui viennent, la plupart des entreprises mettront en ligne leur revue de presse sur intranet chaque jour ou chaque semaine, en gardant la même périodicité que celle de la revue papier.

I. Présentation de la revue de presse électronique

Un sommaire propose les articles sélectionnés par l’équipe ; ils ont été numérisés ou bien téléchargés directement sur le site des médias lorsque l’entreprise est abonnée à des publications au format électronique. Un nombre croissant d’abonnements sont couplés à un accès via le Net.

II. L’accès à l’information

Pour faciliter l’accès à l’information, on peut créer des liens hypertextes à partir du titre de l’article qui renvoie au contenu, situé directement sur le site du support, ou bien à un résumé.
Parallèlement, certaines entreprises diffusent la revue de presse en externe, via l’Extranet ou Internet, pour que leurs partenaires ou le public puissent y accéder. Ainsi, cet outil de communication essentiellement interne devient parfois externe.

III. L’autorisation des éditeurs et la gestion par le CFC

Pour diffuser légalement des articles de presse par voie électronique, notamment sur son intranet, toute organisation doit solliciter au préalable l’autorisation des éditeurs de chaque publication concernée. Un certain nombre d’éditeurs de presse, conscients de la complexité de cette démarche, ont décidé de confier la gestion des autorisations au CFC.

Une autorisation et une garantie

Le contrat autorise l’entreprise ou l’administration signataire à numériser des articles de presse et à les diffuser sur son réseau électronique interne, sous la forme de panoramas de presse réalisés par ses soins ou par l’intermédiaire d’un prestataire de services. Cette autorisation est soumise à certaines conditions et est accordée en contrepartie du versement de redevances et d’une déclaration portant sur les publications mises en ligne.

Les limites et les conditions de l’autorisation

La diffusion de pages de livres ou d’articles de presse sur un intranet effectuée sans autorisation préalable constitue un délit au même titre que toute autre forme de reproduction de création originale (art. L. 122-4 du code de la propriété intellectuelle). Les panoramas de presse électroniques doivent donc respecter les deux prérogatives essentielles reconnues aux auteurs :

  • le droit de reproduction, qui est le droit d’assurer la fixation matérielle de l’œuvre par tout procédé permettant de la communiquer indirectement au public
  • le droit de représentation, qui permet la communication de l’œuvre au public de manière directe.

L’évolution

Depuis juin 2002, sous l’égide du Groupement des éditeurs de services en ligne (GESTE), des éditeurs dont La Tribune, Le Monde, Les Échos, Le Figaro, Libération et ZDNet se sont rapprochés du CFC pour lui confier contractuellement la gestion de leurs droits numériques en vue de la réalisation de panoramas de presse sur intranet.Ce mandat permet dorénavant aux entreprises et aux administrations ayant conclu une convention avec le CFC de diffuser des panoramas de presse sur leur intranet en toute légalité et sur la base de près de 88 titres (Le Monde, Le Figaro…).Actuellement, le CFC gère 800 contrats de reproduction et de représentation d’œuvres protégées. Ce chiffre est en constante évolution.

Les principes de tarification

L’utilisation est facturée semestriellement par le CFC en fonction de trois variables qui se négocient :

  • la redevance moyenne par article
  • le nombre d’articles en ligne
  • le nombre de postes informatiques qui ont accès au panorama de presse.