1. Les modalités de financement de l’activité économique



I. Les cycles de l’entreprise

L’entreprise connaît 3 cycles qui vont rythmer son activité :

  • Le cycle d’investissement (actifs immobilisés : terrains, matériels, brevets, logiciels, ect).
  • Le cycle d’exploitation (activités productives).
  • Le cycle de financement (opérations financières liées aux opérations de règlement encaissement, financement et répartition des bénéfices)
    Les opérations de financement consistent à transférer les ressources disponibles des agents économiques ayant une capacité de financement (les ménages, les entreprises ou les administrations qui disposent d’un excédent de ressources) vers les agents ayant un besoin de financement (ménages, entreprises, administrations) qui doivent se procurer des ressources pour financer des dépenses.

 

Définitions

L’économie est une science sociale qui étudie la production, la répartition, la distribution et la consommation des richesses d’une société.

Le marché est un système d’échanges où se rencontrent l’offre (les vendeurs) et la demande (les acheteurs). C’est aussi l’ensemble des règles juridiques ou informelles par lesquelles ce type d’opérations économiques peut se réaliser. Le marché, qui concerne aussi bien les échanges de biens, de services que les échanges actifs financiers et immobiliers, est l’un des concepts fondamentaux de l’économie.

Dans une économie de marché, la production et les prix sont régulés par la loi de l’offre et la demande contrairement à l’économie dirigée ou planifiée.

La rentabilité consiste à consommer un minimum de moyens en vue de réaliser un maximum de profits.

Le prix représente la valeur du produit. Il procure des revenus à l’entreprise et contribue donc à sa pérennité. Il est à la fois un facteur de positionnement du produit et compétitivité de l’entreprise par rapport à ses concurrents.

La concurrence représente le processus au cours duquel les vendeurs se rencontrent sur un marché et ont un comportement de compétition pour écouler leurs produits dont se disputent les acheteurs. Cette rivalité doit contribuer, en principe, à assurer le coût et le prix le plus bas.

 

II. L’organisation du marché financier secondaire

Il assure la mobilisation de l’épargne investit en valeur mobilière, il est organisé sous la forme de bourses de valeur.

La Bourse de Paris

La Bourse de Paris est gérée par la Société Nyse EuronexT structurée comme suit :

  • Eurolist : le marché est organisé, règlementé et contrôlé par l’AMF (autorité des marchés financiers). Ce marché est destiné aux grandes entreprises françaises, européennes et internationales.
  • Alternex : marché libre, non règlementé. Il s’adresse aux PME de la zone euro désirant accéder aux marchés boursiers.

La capitalisation boursière

Elle permet de déterminer la valeur de l’entreprise selon le marché (cours de l’action x nombre d’actions).

Le CAC 40 (cotation assisté en continu) est un indice boursier crée en 1987, il donne immédiatement aux investisseurs la tendance du marché. Il est composé des 40 plus importantes capitalisations boursières. L’indice est composé Le CAC 40 (cotation assisté en continu) est un indice boursier crée en 1987, il donne immédiatement aux investisseurs la tendance du marché. Il est composé des 40 plus importantes capitalisations boursières.
Dow Jones Industrial Average DJIA : plus vieil indice des bourses de New York et plus vieil indice boursier au monde.Nikkei 225 : indice de Tokyo, abréviation de Nition Keizai Shinbun. Il est composé de 225 sociétés.FTSE 100 : Financial Times Stock Exchange : les 100 plus grosses entreprises cotées à la bourse de Londres.DAX : Deutscher Aktienindex : 30 valeurs représentent 70% de la capitalisation.

 

III. Conséquences du développement du marché des capitaux

Les entreprises

Elles ont diminué leur endettement et renforcé leur fonds propres, elles peuvent rester compétitive par le maintien ou l’accroissement de leur part de marché. Elles réalisent des investissements et participent à la croissance économique car l’investissement accroit la demande (il fait travailler d’autres entreprises) et favorisent l’offre de biens et services.

Les banques

Elles ont modifié leurs activités en intervenant directement sur les marchés (marchéisation) et en finançant les entreprises par acquisitions de leurs titres (titrisation)

Les bulles financières

Elles se créent car les agents économiques imitent le comportement des autres (effets de mimétisme / effet moutonnier) et le hausses ou les baissent de titres sont alors cumulatives. La valeur des titres s’éloigne de la valeur fondamentale fondée sur des données économiques. La sphère financière est donc déconnectée de l’économie réelle.